Picture Poems
Rédactrice et styliste de mode pour de grands magazines, Anne-Marie Nilsson s'est promenée pendant plus de vingt ans d'Occident en Orient Extrême. Fascinée par les lumières des aubes et des couchants, des jours qui n'en finissent pas et des nuits de lune pâle, elle rêvait de les capter dans son regard azur, de les retenir, de les offrir. 
 
 
Comment retrouver les chatoiements des saris des femmes hindoues, les tonalités ocrées des portes de monastères, la palette éblouissante des épices déclinant le pourpre, le safran, le turquoise pâle, le parme, découverte dans les souks de Syrie et d'Egypte, sinon par un voyage imaginaire autour de la lumière et de la couleur.
Fille de galeriste, ayant vécu son enfance parmi les peintres, travaillant avec les plus grands photographes, Anne-Marie composait ses premiers tableaux-collages pour traquer les secrets des beautés du monde, mais n'aimait rien d'autre que leur naturel et leur évidence. 
 
 
Collectionneuse d'éphémère, Anne-Marie cueillait depuis dix ans des feuilles et des fleurs qu'elle glissait dans son vieux livre a secrets. La feuille d'un citronnier d'Ispahan, celle délicate de I'Himalaya, celle du Bo Tree - l'arbre sous lequel Bouddha reçut l'illumination de sa vocation - la feuille du Ginkgo Biloba, arbre d'éternité déjà là au temps des dinosaures, ou celle d'un caféier cueillie en Guadeloupe, l'inspiraient, mais quand elle les collait sur la toile, elles semblaient monotones. "elles avaient besoin aussi qu'on leur raconte une histoire".
La révélation, Anne-Marie Nilsson l'eut dans les souks d'Alep et de Damas: c'est là qu'elle découvrit ces pigments aux couleurs miraculeuses qui constituent l'un des éléments clé de ses tableaux. Poudres magiques volatiles qui réclament une infinie patience lorsque l'artiste les fixe sur ses toiles.
 
 
En Tunisie, elle rencontre le pourpre, couleur de mystère semblable a celle de la Route de la Soie. On raconte qu'on trouve ce pigment rare dans les coquillages des fonds des mers. A l'état originel il est verdâtre, mais devient pourpre au contact de l'eau. Elle compose alors des mélanges d'une grande inspiration, Ie pigment parme épousant le pourpre ou le mordoré, le brun d'or rencontrant le vert absinthe ou le noir, et colle sur ces fonds chimériques une feuille ou deux, une fleur, des pétales ou une simple tige.
"Picture Poems", tableaux-collages, herbiers imaginaires, images nature, comment baptiser les oeuvres d'Anne-Marie Nilsson? Elles ne ressemblent à rien d'autre qu'à un absolu de beauté et de sérénité.
 
Danièle Bott